Heart of gold

25 janvier 2021

Bon bah ça y est je commence à stresser… j’ai la gorge serrée et l’impression que je vais gerber le morceau de pain que j’ai avalé y a une heure…
Pourtant j’étais zen jusqu’ici, même plutôt content… Oui mais… c’est demain !

C’est demain qu’on m’ouvre le genou pour me rafistoler le ménisque…

Je vais faire un tour en ambulance, une grande première ! A neuf heures je serai sur le billard, presqu’à poil, le cœur battant à deux cent à l’heure avant de m’endormir artificiellement…

C’est une bonne chose, ça fait un moment que je dérouille, il est temps de régler ce problème une bonne fois pour toute !

La journée s’est déroulée bizarrement, j’étais comme sur un nuage… J’ai fais un détour en voiture pour admirer le paysage de la campagne, je suis passé par les petits chemins, là où mon père me faisait conduire sa 309 GL bleu topaze quand on revenait de chez mes grands-parents et qu’il était trop bourré pour prendre le volant… J’ai vu un faisan, des pigeons ramiers… c’était bien. J’avais le temps.

J’ai hâte de refaire un peu de sport.

 

Posté par heartofgold à 19:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]


12 décembre 2020

Le chantier se termine, le moral revient... :D

 

Posté par heartofgold à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2020

J’ai pris un verre… c’est le Beaujolais…
Du coup j’ai envie de te raconter mes journées d’en ce moment, parce qu’elles sont toutes pareil depuis quelques semaines…

Ca commence à 5h15 quand le réveil sonne, c’est le radio réveil avec la radio par défaut, celle qu’on capte… on en aimerait une autre mais c’est celle-là qu’on capte… et il y a ce son métallique et un peu dégueulasse c’est vrai… c’est même pas très agréable, c’est p’t’être fait exprès pour qu’on se saque du pieu, va savoir…
Je crois qu’y a pas une seule matinée où je ne me pose pas cette fameuse question : « j’y vais ou j’y vais pas » ? Enfin j’exagère un peu, c’est vrai qu’y a des fois où je suis optimiste, mais c’est pas forcément dans ma nature, j’ai presque envie de m’en excuser…
Alors j’me lève, parce que le crédit, la baraque, la bagnole et tout ça tu vois… et puis j’ai signé, je me suis engagé… et j’suis plutôt du genre à tenir mes promesses, même quand elles sont stupides…
Café, réseaux sociaux, salle de bain, habillage… c’est important d’avoir sa petite routine pour ne rien oublier… Vêtements de travail, clefs, sac de change, gamelle, papiers, portefeuille poche de cuisse  gauche, téléphone perso poche de cuisse droite, téléphone pro poche de veste gauche etc etc, et tant d’autres objets, si tu savais…

6h20, décollage, je démarre l’utilitaire, ça roule vite tout de suite, faut que ça chauffe pour réchauffer l’habitacle…  Il fait encore nuit, je croise quelques mecs du TP qui bossent à côté de chez moi, des fois y a des étoiles… quand le ciel est dégagé, c’est pas souvent en ce moment… C’est marrant les étoles, on se sent moins seul dans la nuit…
Les phares griffent la nuit, le moteur rugit, je suis rarement tendre avec lui, pas le temps…  Je choisis la radio suivant l’humeur…

J’arrive à la boutique et j’ramasse un mec, un gars de chez nous ou un intérimaire, parfois un gars de l’alternance… On regarde si y a du matos à embarquer et on trace. En deux minutes on choppe l’autoroute et c’est partie pour le chantier… Si le coloc’ est bavard c’est mieux, s’il l’est pas c’est pas grave, j’le suis pas non plus… De toute façon y a la radio… et les étoiles.

On arrive sur site avec une demi-heure d’avance, c’est mon truc, ça plait ou ça plait pas… On a le temps de se préparer, de boire le second café de la journée et de faire un petit brief de ce qu’on va faire… Le reste de mon équipe arrive vers 7h45/7h50, ça boit son café en speed, ça tire sur la clope pour la griller en cinq lattes et c’est quasi le garde à vous quand je me lève de ma chaise… celle au bout de la tâble, casier dans le dos, cafetière à droite, frigo,  micro-onde et téléphone du client en charge devant moi…

Alors j’me lève et je mets mes trois téléphones (si t’as bien compté) dans mes poches, je distribue le boulot, j’explique, je vais avec les gars sur place… Je fais la paperasse avec le client, parfois je délègue à un gars de confiance et c’est partit… Vue de l’extérieur ça à l’air cool d’être chef, mais de l’intérieur… Y a énormément de pression ! La pression des chefs au-dessus de moi pour finir les projets dans les temps, ne pas dépenser trop d’argent, faire de la marge, ne pas « bouffer » les heures… La pression du client parce que son premier interlocuteur c’est moi ! Et c’est sur moi qu’il tombe au moindre pet de travers ! Finir dans les temps, les règles de sécurité, la coactivité, les relevés pour les futurs chantiers… Et puis la responsabilité des deux, trois, quatre ou cinq gars qui sont avec moi, « on a vu tel gars qui portait pas son masque », « on a vu tel gars qui travaillait sans gants », on a vu tel gars qui glandait au fumoir » etc etc … Et pour finir la pression de mes propres gars, ceux qui arrivent en retard, ceux qui sont jamais content, ceux qui râlent parce qu’il leur manque deux boulons pour finir la journée, ceux qui piquent du matos, ceux qui glandent, ceux qui sont jaloux, ceux qu’aimeraient bien…
C’est un peu une place de merde…

On tire la journée tant bien que mal, on rigole bien parfois quand même, à la pause déjeuner… ça vanne, ça plaisante, ça se détend… on boit un café, le quatrième de la journée parce que le troisième c’est à la pause de la mâtinée… et puis je me lève de ma chaise…

On est en heures supp’ tous les jours, pas le choix pour boucler le chantier, et puis c’est ce qui fait la paye, sinon le net est pas terrible, on dépasse les quarante heures semaines, la pression…

Aller on rentre et je passe les détails, il fait nuit, j’ai mes huit heures, voir neuf ou dix de chantier dans les pattes et deux heures de camion, j’suis vanné, claqué, faut encore aller faire le plein, des fois laver le lion à l’éléphant… Quand j’ai redéposé le gars à la boutique je suis encore loin d’être rentré au bercail…
Des fois je vais m’acheter des trucs, de la bouffe rapide… je cuisinais beaucoup avant, j’ai arrêté, j’ai plus le temps… Sodebo, Daunat, c’est eux mes potes, ceux qui me font gagner du temps…
Je rentre vers 19 heures, j’ai mal à peu près partout, la maison est froide, personne n’est là à m’attendre. Je remonte le chauffage.
J’ai côtoyé beaucoup de gars de chantier, des gars qui font tourner le monde, des gars qui démarrent des usines complètes, des élecs, des soudeurs, tuyauteurs, maçons, TP, BTP, metteurs en route, ingénierie… Tous les mecs les plus balèzes, les plus investis de leur mission, les plus calés dans leur domaine, tous ou presque ont la même existence de merde… avec personne au bout, avec des plats préparés à la con et sans amour dedans, même les mecs mariés sont souvent cocus parce que jamais à la maison… alors que ces gars font tourner le monde… S’ils s’arrêtent, eux, moi, les usines s’arrêtent, on arrête de produire… des fringues, de la bouffe, le recyclage, les boissons… le process industriel s’arrête. Comment ça se fait que les gars qui font tourner le monde sont sans doute parmi les plus oubliés de la terre ? Les plus anonyme, ceux qui mériteraient des petits plats chauds le soir, cuisinée avec amour par une petite femme impatiente de voir son Héro du quotidien se pointer pour le gâter comme il le mérite… sans doute… Et puis des gosses, que tu peux embrasser sans qu’ils se réveillent, des petits, pas encore cons… Et un clebs, qui fait la fête et qui te colle aux miches  dès que tu te pose quelque part… Parce que pour lui t’es important…

Bref… j’ai mal à peu près partout…
Il est tard, je suis fatigué, je bouffe un truc qui traine dans le frigo, un truc qui ne demande plus d’effort… j’ai tout donné ailleurs… Je ne suis plus capable de rien, c’est trop dur…
Le lit est confortable, il me fait oublier une partie des douleurs de la journée… on regarde des vidéos mes douleurs et moi… on aime bien les documentaires, l’espace, l’univers, le moyen âge et tout… et puis un peu de politique des fois, on fait le constat de l’état de santé du pays pour lequel on trime, on se dit que c’est con de bosser pour ça… mais bon, le crédit, la baraque et tout ça quoi…


Et alors on s’endors, souvent avant 21h, après les cinq cafés, les heures et tout et les clients et les chefs et les autres… la nuit est courte parce qu’on dort pas bien à cause du stress, entre quatre et cinq heures, hachées…réveillé bien avant le radio-réveil qu’on ne met plus que part sécurité…
Et puis c’est le recommencement, ça sonne, et je me lève sans te bousculer et le café…
Et puis je me lève de ma chaise…

 

PS : Y a quand même des trucs bien dans la journée, faut pas t’inquiéter, l’esprit s’évade souvent sinon on deviendrait fous… Je pense à des trucs, des personnes du passé… et ça m’arrive de sourire seul… et c’est bien, ça fait chaud au cœur quand même.
Et puis je compte les années qu’il me reste avant de pouvoir rembourser la baraque en totalité, et tous les jours ça se rapproche un peu plus… Ce jour-là je leur dirai, aux chefs, aux clients, aux gars de chantier et aux ingrats, je leur dirai d’aller se faire foutre, enfin…dans ma tête hein ! Parce que je suis bien élevé quand même, sans doute trop bien, c’est le cathéchisme ça… on devient trop gentil…
Mais il sauront bien ce que je pense…les gars… ce jours-là, quand je me lèverai de ma chaise…

 

Posté par heartofgold à 22:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2020

Elle c’était l’amoureuse tu vois, celle qui veut, celle que t’es sûr que c’est pas des cracs parce que ses yeux mentent pas et que du coup c’est sûr… Celle qui t’emmène dans ses histoires…ses histoires…que ça devient tes histoires parce que du coup elle t’embarque…des yeux, du plaisir, de la passion, même que c’est doux, c’est chaud, c’est charnu et charnel et que c’est érotique et que t’as envie d’elle tout le temps, de toucher, même juste des yeux…parce que t’es bête et un peu couillon toi qui connais pas tout ça, t’es surpris et tu rêves…toi qui ne rêvait plus…
Sauf que ces yeux qui mentent pas quand ils se mettent à douter tu sais que t’as pas fait ce qu’il fallait et t’essaye de te rattraper aux branches, une stratégie puis une autre et puis t’oublis d’être toi-même, t’essaie juste d’être celui que tu crois qu’elle veut voir…
T’as tout essayé, toutes les personnalités et il en faut du temps pour retrouver qui tu es, celui qu’elle aimait au début, avant…avant tout ça, chamboulé au point de ne plus savoir qui on est…
C’est perdu, la loose…p’t’être c’est tant mieux, p’t’être c’est tant pis…on a bien dérouillé…parait qu’avec le temps tous les souvenirs sont bons…n’empêche que j’ai un sérieux sentiment d’inachevé…

...

 

Posté par heartofgold à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2020

 

Avec les collègues on tape des semaines de 45 heures
Ici on voit bien que l'été touche à sa fin, il fait noir de bonne heure et la nuit dernière...j'ai eu froid...
J'aurai dû m'arrêter sur le brod de la route pour faire une meilleur photo...

IMG_20200825_211618

Posté par heartofgold à 22:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 juillet 2020

J'ai pas trop l'temps d'essayer d'écrire des trucs intelligents en ce moment!
Mais j'suis d'assez bonne humeur!

Mets du son et danse là-dessus! Rien n'a d'importence, tout passe...

Posté par heartofgold à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2020

Kono Oto Tomare!

Alors j’ai regardé ce manga, parce que je m’ennuyais, que ça faisait longtemps et que de temps en temps j’aime bien… Certains diront que ce n’est plus de mon âge mais je crois qu’il n’y a pas d’âge pour les mangas, ce qui compte c’est l’émotion, ce que l’on ressent quand on les regarde, ce que cela nous procure…
Après les deux premiers épisodes je ne savais toujours pas si j’irai au bout puis tout s’est mis en place, la première saison est excellente. La seconde est un peu plus longuette, il y a moins d’action, un seul objectif, certains épisodes sont meublés avec des personnages secondaires, leurs vies leurs combats… Mais tout ça est un ensemble, indispensable même si on aimerait ne se concentrer que sur les personnages principaux.
La fin est extrêmement jouissive, j’ai eu les yeux mouillés pendant la quasi-totalité des deux derniers épisodes, certains rient, certains pleurent mais pour nos héros tout va pour le mieux.
Au final beaucoup de sentiments positifs.
Il y a toujours cette joie mêlée de tristesse quand on termine une série que l’on a beaucoup aimé, on se sent démunis, c’est le « qu’est-ce qu’on va faire maintenant » ? On est comme des cons avec nos bons sentiments en bandoulière et la vie continue, elle doit reprendre son cours même si on en a pas envie, même si on aimerait en reprendre une louche de ces sentiments et de ces larmes de joie… Les émotions nous laissent KO, sonnés…

Je sais que j’aurai du mal à m’en remettre, mais ça valait le coup.

Posté par heartofgold à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juin 2020

Alors ça nous a quand même appris pas mal de chose tout ce merdier... Sur nous, les autres, la vie en générale...
En tout cas ça m'a confirmé ce que je pensais depuis longtemps, c'est que tout ça, ce monde tel que l' "homme" l'a créé, tout ça n'a aucun sens!
Si j'avais pas la maison à payer ou un loyer à donner, je rêverais de sortir du système, jardiner, produire ma propre nourriture, faire de l'élevage, manger des bonnes choses, profiter de la vie et dire merde à tout le reste... Encore quinze ans à tenir...

J'ai du mal à reprendre le boulot, l'envie n'y est pas... Je fais le taf, j'ai toujours ma conscience professionnelle mais je n'ai jamais eu autant envie de faire autre chose...

Il faut beau j'ai pas mal jardiné pendant le confinement et j'ai adoré être dehors et me reconnecter à la terre et aux plantes, c'était bien... Alors retourner bosser dans l'industrie, t'imagines...

Y a eu des bon trucs dans ma vie, mais là ça fait un moment que plus rien ne se passe, on peut pas dire que ce soit le grand frisson tous les jours... Toujours le même uniforme à enfiler tous les matins, le même boulot, les clients, les chefs, les mêmes collègues que j'ai pas envie de voir... C'est pas bandant c't'histoire...

J'aurai bien besoin d'un peu d'exaltation intellectuelle, de ressentir des choses, avoir un coup de coeur pour quelque chose, pour quelqu'un... ça manque de rêve, de perspective d'avenir, de plans sur la comète...

J'préfèrerai me casser, aller élever des chèvres en Ardèche ou dans le Larzac, faire du fromage dégueulasse et vivre au rythme de la nature plutôt que d'avoir à me lever demain matin... P't'être que j'me laisserai repousser les cheveux, comme avant... En plus j'connais quelqu'un qui sait faire les couettes...

 

On s'détend...

 

Posté par heartofgold à 23:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2020

J'suis pas en forme, mais j'suis pas mort...
J'ai fais du jardin, c'était bien, il faisait beau...
Je retaf lundi, déplacement région parisienne. Il pleut.

 

Posté par heartofgold à 17:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2020

Bon on va pas se mentir, la situation commence à puer bien comme il faut avec ce virus qui traîne, mais j’suis tellement crevé que j’arrive pas à paniquer…
Avec les chantiers qui s’enchaînent je ne vois pas les semaines défiler, j’ai perdu quatre bon kilos dans la bataille et c’est plutôt « bien », j’étais pas passé sous la barre des 80 depuis un moment…

J’ai mes réserves de nouilles, de cassoulet et de cartouches de 7,62, en gros paré pour la quarantaine… ça tombe bien c’est cette année. 20 ans en l’an 2000, quarantaine en 2020…

J’aimerai bien revoir un été avant de claquer…et puis merde, mets le son…

 

Noir Désir - En Route Pour La Joie

Posté par heartofgold à 22:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]