Alors j’étais là et je jouais Jésus oué Jésus… Ça devait être au tout début des années 90 et tous les gamins des cantons alentours qui allaient au catéchisme se trouvaient expédiés au pèlerinage de notre Dame de Liesse. C’était quelque chose, des centaines de personnes en ce temps-là, aujourd’hui il ne rassemble plus qu’une poignée de vieux quelques week-ends par ans… bref ! J’étais Jésus… Et j’avais pas du tout envie d’être Jésus dans cette scène de reconstitution de la vie du Christ, moi, le gamin timide et pas du tout sûr de lui !  Mais voilà, j’avais été désigné et j’étais Jésus…
On jouait une scène dans laquelle Jésus guérit un aveugle, et bien que cet aveugle soit un homme dans les évangiles, on avait confié le rôle à une fille d’à peu près mon âge.
J’étais suivit de disciples et ça me donnait un sentiment d’importance malgré la grande timidité qui m’étreignait. Nous marchions sur le bord du chemin mes disciples et moi puis alertés par des appels nous nous approchions de notre aveugle. On l’avait affublé d’une cape sensée lui servir de manteau et d’un bandeau symbolisant sa cécité. Après quelques paroles (d’évangile) je devais lui arracher le bandeau et ho miracle, la vue était revenue ! Sauf que ses fin  cheveux châtains s’étaient emmêlés autour du bandeau et qu’en le lui enlevant, hé bien j’en ai arraché quelques-uns… Juste après la petite grimace de douleur, et devant le comique de la situation, elle s’est mise à pouffer de rire, découvrant son beau sourire nullement gâché par les bagues de son appareil dentaire… Je souriais de la voire sourire, d’abord gêné de lui avoir fait mal, puis entrainé par son hilarité je riais de bon cœur. Les disciples criaient et fêtaient le miracle pendant que mon cœur se mettait à battre effrontément et que je découvrais les sentiments amoureux… Il me semble que c’est la première fille pour qui j’ai développé des sentiments. Y avait pas internet en ce temps, pas de portable, inutile de dire qu’après cette journée, nous ne nous sommes jamais revu.

Je ne sais pas pourquoi j’ai repensé à ça aujourd’hui, peut-être parce que ça ne va pas fort avec Melle C, j’avais rangé cette anecdote dans un coin très reculé de mon cerveau et je m’étais promis de la sauvegarder. Je me suis souvenu de son visage, comment a-t-il fait pour émerger près de 25 ans plus tard ? Un vrai miracle…

 

 

Luc 18:35-43

Comme Jésus approchait de Jéricho, un aveugle qui mendiait était assis au bord de la route. Entendant une foule arriver, il demanda ce qu’il y avait. On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait. Il s’écria: «Jésus, fils de David, aie pitié de moi!» Ceux qui marchaient en tête l’interpellaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle: «Fils de David, aie pitié de moi!»
Jésus s’arrêta et ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda: «Que veux-tu que je fasse pour toi? – Seigneur, que je voie!» Et Jésus lui dit: «Vois. Ta foi t’a sauvé.» À l’instant même, l’homme se mit à voir, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu.
Et tout le peuple, voyant cela, adressa ses louanges à Dieu.